Hypnose ericksonienne

“Des mots pour soulager les maux” (Milton Erickson)

Qu’est-ce que l’hypnose ?
Il est difficile de répondre de façon dogmatique à cette question, car l’hypnose est à la fois un état modifié de conscience et l’outil qui permet de l’atteindre. En effet, l’hypnose est un état modifié de conscience que nous expérimentons quotidiennement, par exemple lorsque nous regardons dans le vide ou lorsque nous oublions notre route tout en conduisant jusqu’à destination.

Quelle est la documentation pour mieux comprendre l’hypnose?

Voici un article de la revue scientifique La Recherche pour mieux comprendre comment fonctionne l’hypnose:
Comment l’hypnose agit sur le cerveau”, La Recherche, Décembre 2005

Voici aussi une interview de Bertrand Piccard, psychiatre et inventeur de Solar Impulse, qui explique l’utilité de l’hypnose et de l’auto-hypnose pour développer sa sécurité intérieure et celle de ses proches:

Quels sont les idées reçues sur l’hypnose?

  • – on ne dort pas en hypnose
  • – on n’est pas forcément relaxé lorsqu’on est en transe
  • – le client garde le contrôle de la séance
  • – on n’a aucun besoin d’une transe profonde pour avoir des résultats
  • – il n’y a pas de déplacement de symptôme avec l’hypnose ericksonienne

Qu’est-ce que l’hypnose ericksonienne?
L’hypnose ericksonienne tire son nom de l’expérience de Milton Erickson (1901-1980), médecin-psychiatre internationalement renommé. Caractérisée par une approche souple, indirecte (métaphores) et non dirigiste, cette forme d’hypnose est à l’origine de nombreux courants de psychothérapie moderne : Programmation neuro-linguistique (PNL), thérapie familiale, thérapie brève, etc.
Son approche s’illustre par une citation lors d’une conférence que Milton Erickson donna à Seattle en 1965 : « Vous ne contrôlez pas le comportement d’une quelconque autre personne. Vous apprenez à le connaître, vous aidez les patients en l’utilisant, vous aidez les patients en les dirigeant de telle façon qu’ils rencontrent leurs besoins; mais vous ne travaillez pas avec les patients pour atteindre vos propres buts. Le but est leur bien-être, et si vous réussissez à obtenir leur bien-être, vous touchez directement votre propre bien-être. »
Dans tous les cas, l’hypnose ericksonienne est pratiquée sur un mode non autoritaire, bien éloigné du folklore de music-hall. L’idée que l’hypnotiste exercerait un véritable pouvoir sur son sujet n’a plus cours.

Comment se déroule une séance?
D’abord, le thérapeute va s’enquérir du problème en cherchant à comprendre les processus (et non les détails de la vie de la personne), pour ensuite aider le client à déterminer un objectif (positif, réalisable ) dont on vérifie ” l’écologie”, c’est à dire les conséquences pour la personne.
Ensuite, la séance d’hypnose proprement dite:
Les techniques d’induction sont nombreuses et variées, et surtout elles sont adaptées au patient et à son état psychologique au moment de l’induction. Un des principes de base de l’hypnose ericksonienne est d’utiliser ce que le patient apporte, c’est-à-dire ses caractéristiques psychologiques, son humeur du moment, ce qu’il aime, sa façon de parler, sa vision du monde, son mode de perception dominant (visuel, kinesthésique, auditif), etc.

Combien de temps cela dure-t-il ?
La thérapie dure en moyenne de 1 à 8 séances. La thérapie se termine lorsque les symptômes ont atteint un niveau qui vous semble acceptable. Pour éviter de se décourager trop vite, il est souhaitable que la thérapie soit achevée d’un commun accord, lors d’une séance de bilan.
En général, une séance hebdomadaire dure une heure. Un travail personnel peut vous être proposé, et repris en séance, avec échanges de documents et apports pédagogiques.

Quels sont les champs d’application ?
Les possibilités sont vastes: Inhibitions, phobies, dépression, anxiété, peurs, stress et mal-être, insomnies, tics, timidité, migraine, douleurs diverses de nature chronique, motivation, préparation mentale des sportifs, problèmes sexuels, boulimie et anorexie, problèmes de peau, psoriasis, eczéma, prurit, zona, verrues, urticaire, allergies ponctuelles ou chroniques, asthme, hypertension artérielle, problèmes de poids, et bien sur le traitement rapide de toutes les dépendances (alcool, tabac, drogue, nourriture, jeu, achats …).
Les possibilités sont nombreuses et cette liste n’est pas exhaustive…

Quelles sont les références bibliographiques quant à la validation scientifique de l’efficacité de l’hypnose?

Violon, A., « L’apport de l’hypnose dans le traitement de la migraine », Revue médicale suisse, n° 644, 2001).

Carvalho C, Mazzoni G, Kirsch I. “ The Effect of Posthypnotic Suggestion and Task Difficulty on Adherence to Health-Related Requests ”. Psychology of Consciousness: Theory, Research, and Practice. 2014, Vol. 1, No. 1, 92–102

Connors MH. “ Hypnotic analogues of delusions: The role of delusion proneness and schizotypy ”. Personality and Individual Differences 57 (2014) 48–53

Hasan FM et al. “ Hypnotherapy is more effective than nicotine replacement therapy for smoking cessation: Results of a randomized controlled trial ”. Complementary Therapies in Medicine (2014) 22, 1-8

Iserson KV. “ An hypnotic suggestion: review of hypnosis for clinical emergency care ”. The Journal of Emergency Medicine, Vol. 46, No. 4, pp. 588–596, 2014

Jensen MP, Patterson DR. “ Hypnotic Approaches for Chronic Pain Management “. American Psychologist, Vol. 69, No. 2, 167–177

Kamen C, et al. “ Anticipatory nausea and vomiting due to chemotherapy “. European Journal of Pharmacology 722 (2014) 172–179

Kekecs Z et al. “ Effects of patient education and therapeutic suggestions on cataract surgery patients: A randomized controlled clinical trial ”. Patient Education and Counseling 94 (2014) 116–122

Maillard H,Bara C, Celerier P. “ Intérêt de l’hypnose dans les injections palmaires de toxine botulique » A. Ann Dermatol Venereol 2007;134:653-4.

Martin S et al. “ Effects of Therapeutic Suggestion Under Anesthesia on Outcomes in Children Post Tonsillectomy ”. Journal of PeriAnesthesia Nursing, Vol 29, No 2 (April), 2014: pp 94-106

Paquier-Valette C, Wierzbicka-Hainaut E, Cante V, Charles S, Guillet G. « Évaluation de l’hypnose à visée antalgique dans la photothérapie dynamique ». Annales de dermatologie et de vénéréologie (2014) 141, 181-185

Rüther T et al. « EPA Guidance on tobacco dependence and strategies for smoking cessation in people with mental illness ”. European Psychiatry 29 (2014) 65–82

Walsh E. et al. “ Using suggestion to model different types of automatic writing ”. Consciousness and Cognition 26 (2014) 24–36